Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Korblog, le blog de Kornog

Korblog, le blog de Kornog

Après un an de navigation et deux mois de confinement, ce blog est au repos...

Trois mois, premier bilan

Trois mois, premier bilan

Salut les gilets jaunes ! Ca fait exactement trois mois qu’on a quitté le Guilvinec. On a parcouru 3700 milles (6845 km) et passé 20 nuits en mer. On est arrivés ce matin à Mindelo, sur l’île de Sao Vincente au Cap Vert, notre dernière étape avant la "grande" traversée.

Avant de larguer les amarres nous devons impérativement trouver une laverie. En trois mois, on n’a fait que quatre lessives. La dernière, début novembre, à Dakar, où nous avions confié notre linge sale à Mamie Lessive. Il y a urgence !

Depuis un mois, on fait le plein d'eau avec des jerrycans. Commes vous le voyez, ça m'amuse beaucoup.

Depuis un mois, on fait le plein d'eau avec des jerrycans. Commes vous le voyez, ça m'amuse beaucoup.

Depuis qu’on est en Afrique, le ravitaillement en eau douce et en eau potable est une occupation parmi d’autres, car il n’y a pas de ports avec des pontons équipés de robinets. On est toujours au mouillage et on doit remplir nos jerrycans ou acheter des bouteilles d’eau et les trimballer en annexe. Alors on évite les lessives et les douches sur le bateau. On n’a pris que quatre vraies douches (froides) en un mois, mais on finit par s’habituer.

En revanche, on astique le voilier régulièrement. Un bateau se salit beaucoup plus vite qu’un appartement, car ça bouge tout le temps et il y a toujours une miette ou une poussière qui vole. La miette, c’est l’ennemi du marin. Ça moisit dans les coins, ça sent mauvais et ça glisse quand on marche dessus.

 

Le "marché" aux poisson de Santa Maria, sur l'île de Sal au Cap Vert. Les produits de la pêche sont vendus directement sur le ponton à l'arrivée des barques.

Le "marché" aux poisson de Santa Maria, sur l'île de Sal au Cap Vert. Les produits de la pêche sont vendus directement sur le ponton à l'arrivée des barques.

Pour le ravitaillement en comestibles, tout va bien, dans la mesure où nous avons renoncé depuis longtemps au beurre salé et à la salade verte. Depuis notre dernier plein de courses chez Auchan  à Mbour au sud de Dakar (oui, Auchan, vous avez bien lu), nous avons encore des réserves de pâtes, de riz et de boîtes en tout genre. Ce qui est plus compliqué à trouver et à conserver, ce sont les fruits et les légumes.

Gilles, c'est Madère qu'il préfère !

Gilles, c'est Madère qu'il préfère !

J’ai demandé à Gilles quel bilan il tirait de ces trois mois en mer. La réponse est à son image : "c’est bien". En insistant un peu j’ai réussi à lui faire dire que notre voyage est conforme à ce qu’il imaginait. Il est très satisfait du Pogo et de la manière dont il l’a préparé, mais il regrette qu’il soit aussi sale. La bôme, le mât et les bouts sont couverts de poussière et de sel. Mais "ça n’empêche pas le bateau d’avancer". C’est l’essentiel.

Concernant le programme touristique de cet automne, ce qu’il a préféré c’est l’île de Madère et le Cap Vert. Le Sénégal, "si c’était à refaire je ne le referais pas."  La moussaillonne, "ça va, mais elle râle trop au sujet de l’inconfort du bateau". Enfin, il estime que nous n’avons pas été gâtés au niveau météo depuis notre départ. Sur ce point, au moins, nous sommes d’accord.

Moi j'étais bien à Diogane avec Salif.

Moi j'étais bien à Diogane avec Salif.

De mon côté, j’ai bien aimé notre étape au Sénégal, même si j’aurais préféré que Gilles apprécie plus et soit moins malade, et je me sens bien au Cap Vert. C’est vrai qu’on est très secoués et pas très bien assis dans le Pogo, qui, de surcroît, est très bruyant. Parfois j’en ai marre de me cogner ou de me faire rincer par une vague et je râle. Ça m’apprendra à partir en croisière sur un voilier taillé pour la course.

Je n’ai pas l’impression d’avoir beaucoup progressé en navigation, et je lis beaucoup moins que je ne l’avais imaginé. Mais j’ai découvert qu’il y a des papillons qui volent au large, à plusieurs dizaines de kilomètres des côtes, et ça me fascine. Comme chaque fois que je voyage, j’apprécie d’être plongée dans un univers différent du mien et je mesure à quel point nous vivons dans le luxe en France ! C’est sans doute pour cela qu’on râle autant, moi la première.
 

Parfois il y a des petits oiseaux qui viennent se reposer sur le bateau pendant qu'on navigue.

Parfois il y a des petits oiseaux qui viennent se reposer sur le bateau pendant qu'on navigue.

A part ça, on se promène en short depuis trois mois et c’est bien agréable. Il fait 27°C et on a du mal à imaginer le froid et la neige, même si les décorations de Noël font leur apparition. Mindelo est le seul port de plaisance du Cap Vert. Tous les bateaux qui sont ici se préparent à traverser. Il y a des pontons, des toilettes et des douches chaudes. On va en profiter un maximum !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

véronique M 04/12/2018 19:43

Toujours un grand plaisir de vous lire.Que tout se passe bien et de nous faire part de vos découvertes et émotions sont de beaux moments ensoleillés.Ici on commence à hesiter à installer des voiles sur les voitures ,histoire d'avancer en gilet vert.Gilles se met de temps en temps à la photo ,c'est super,comme ca on te voit helène....
bon cap vert et hâte de vous lire à nouveau.

Isa 04/12/2018 10:32

Merci Hélène pour tes impressions après ces 3 mois. On adore la pointe l'humour et bien sûr, l'authenticité et le sourire derrière les images et les mots. Tes nouvelles nous donnent du baume au coeur alors qu'en France, tout est si violent ! On pense bien fort à vous.

Elisabeth 03/12/2018 20:09

Toutes ces photos colorées sont magnifiques et donnent du bonheur à notre grisaille

Fox-Trot 03/12/2018 10:35

Superbe !
Avec vous en pensées, vous envie beaucoup !
Gros bisous
F

La vaillante équipe 03/12/2018 09:53

Hélène, tu es resplendissante !! Ici c'est la gastro et plutôt trois lessives par jour !! Gros gros bisoussss

Delphine 02/12/2018 23:54

Bjr Hélène, c'est bizarre que tu nous salues comme étant tous des gilets jaunes. J'aimerai bien connaître comme est perçu ce mouvement des pays que tu traverses.
Sinon, d'avoir pris de la distance depuis trois mois c'est apparemment notre luxe qui te manque le plus : douche, eau chaude, fruits frais, un bon fauteuil avec un bon bouquin, ...... Noël te fera ces jolis cadeaux. Je t'embrasse fort. Delphine