Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Korblog, le blog de Kornog

Korblog, le blog de Kornog

Après un an de navigation et deux mois de confinement, ce blog est au repos...

Barbados, so british !

Barbados, so british !

Hi guys ! How are you ? Sur l’île de Barbados (La Barbade en français) on parle anglais, on roule à gauche et les commerçants vous appellent sweethaert ou honey. Nous avons jeté l’ancre dans une grande baie, face à Bridgetown la capitale, et sillonné l’île en autobus.

Au bout de trois jours on peut vous dire que :

1 – les autochtones sont aimables et serviables. Un exemple : au guichet de la gare routière, quand j’ai expliqué à la préposée qu’on voulait aller au Coco Hill, un parc situé au nord de l’île, elle a passé plusieurs coups de téléphone pour vérifier où se situait exactement le parc, trouver le bon bus et prévenir le chauffeur qu’on allait arriver et qu’il devait nous indiquer où descendre.

Heureusement que le chauffeur nous a indiqué le chemin, car il nous a laissés en rase campagne.

Heureusement que le chauffeur nous a indiqué le chemin, car il nous a laissés en rase campagne.

Il n’y a aucun panneau indicateur de villes sur les routes, mais pléthore de panneaux de sites touristiques.

Il n’y a aucun panneau indicateur de villes sur les routes, mais pléthore de panneaux de sites touristiques.

2 – Le réseau de bus est très dense, toutes les lignes circulent jusqu’à minuit et il y a des chargeurs solaires pour téléphone portable dans les abribus. Les chauffeurs roulent à tombeau ouvert avec la musique à fond et la main sur le klaxon, pour prévenir les automobilistes qu’ils vont doubler et pour saluer leurs très nombreuses connaissances sur le bord de la route.

 

Quelle que soit la distance, on paye 2 dollars locaux (1 dollar américain).

Quelle que soit la distance, on paye 2 dollars locaux (1 dollar américain).

3 – la mer est turquoise (couleur Canard WC comme dit Gilles le poète) et le sable blanc et fin comme sur les cartes postales. Mais le front de mer n’est pas magnifique, sauf sans doute sur les nombreuses plages privées.

Le jet-ski et le cheval que vous appercevez sont venus tous les deux jusqu’à notre bateau !

Le jet-ski et le cheval que vous appercevez sont venus tous les deux jusqu’à notre bateau !

4 - entre les jet-skis, les catamarans à touristes qui font office de boîte de nuit flottante et les bars de la plage qui organisent des concours de karaoké, on en a eu plein les oreilles et maintenant on sait que beaucoup de locaux chantent faux.

Avec notre petite annexe on entre dans la ville par ici.

Avec notre petite annexe on entre dans la ville par ici.

5 - cette île présente plusieurs spécificités. C’est l’île la plus à l’Est des Caraïbes, elle n’est pas volcanique, mais calcaire et plutôt plate, elle n’a pas été découverte par Christophe Colomb mais par un Portugais et surtout, c’est la seule qui ne soit pas passée de main en main dans l’éternelle guéguerre entre la France et l’Angleterre. A partir de 1625, et jusqu’à son indépendance en 1966, elle est restée britannique. Last, but not least, pour des raisons inconnues, elle n’était plus habitée par les Amérindiens quand les Anglais ont débarqué. Ils n’ont donc pas eu besoin de massacrer la population locale avant "d’importer" de nombreux esclaves africains dont les descendants constituent la grande majorité de la population actuelle.

La plupart des bâtiments sont assortis aux tenues de la Reine d’Angleterre, qui est toujours le chef du gouvernement de Barbados.

La plupart des bâtiments sont assortis aux tenues de la Reine d’Angleterre, qui est toujours le chef du gouvernement de Barbados.

Barbados, so british !
Barbados, so british !

Barbados fait toujours partie du Commonwealth mais l’ancien Trafalgar Square a été rebaptisé National Heroes Square. L’île est un petit paradis pour les croisiéristes, qui débarquent par centaines de ferries énormes et envahissent les innombrables duty free shops. Il y a beaucoup de bijouteries, ça plairait à ma mère.

C’est dans ce grand hall de débarquement des ferries que nous avons dû accomplir nos formalités d’entrée.

C’est dans ce grand hall de débarquement des ferries que nous avons dû accomplir nos formalités d’entrée.

La maison du Parlement, au cœur de Bridgetown, date de 1870.

La maison du Parlement, au cœur de Bridgetown, date de 1870.

Nous on s’est plutôt concentrés sur le centre historique de Bridgetown, où quelques bâtiments sont encore debout, comme la maison du Parlement. On a visité l’un des nombreux parcs botaniques de l’île et fait un tour dans le sud, à Oistins, un port de pêche où les autochtones se retrouvent le vendredi et samedi soir pour déguster du poisson grillé et participer au concours de karaoké, un des sports nationaux avec le cricket. En se promenant on a même croisé quelques singes en liberté et une mangouste qui venait d’attraper un oiseau.

Il paraît que c’est à cause de ces ficus "barbus" que l’île aurait été baptisée Os Barbudos (les barbus).

Il paraît que c’est à cause de ces ficus "barbus" que l’île aurait été baptisée Os Barbudos (les barbus).

Barbados, so british !
Barbados, so british !
La végétation ici est magnifique. C’est la première fois que je vois des palmiers au tronc couvert de piquants.

La végétation ici est magnifique. C’est la première fois que je vois des palmiers au tronc couvert de piquants.

Que vous raconter d’autre ? Le bateau c’est comme le ski et le vélo. Si on apprend quand on est petit, on ne perd pas ses réflexes, mais quand apprend sur le tard, c’est plus compliqué. Après deux semaines en Métropole, il m’a fallu un peu de temps pour me réhabituer à la chaleur, à l’inconfort, au bruit, au roulis perpétuel et à la navigation. En quittant la Martinique pour La Barbade, j’avais une boule au ventre. Est-ce une peur rétrospective après nos deux semaines de traversée ? Ou la simple prise de conscience qu’on va continuer à bourlinguer pendant quelques mois ? Je ne sais pas mais là, on vient d’arriver à Tobago et c’est le paradis ! Now, I feel very well, thank you. And you ?

Barbados, so british !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lucie 18/01/2019 18:53

Oh un palmier poubelle, comme en Guyane !

Prouvost 16/01/2019 19:54

Merci de nous faire partager votre belle aventure.
Le prochain journal de bord est attendu avec beaucoup de plaisir !

Prouvost 16/01/2019 19:54

Merci de nous faire partager votre belle aventure.
Le prochain journal de bord est attendu avec beaucoup de plaisir !

Pia 16/01/2019 11:41

Cool ! Super de vous lire !! Have fun les aventuriers :)

hardy 16/01/2019 09:19

Gros bisous du nord ou le ciel est bien gris...
Francoise

allard 15/01/2019 22:10

WOUAOUHHHH......

So Beautiful, So Colorful, So Wonderful......

Thank you so much to share....

Enjoy.....

Big kisses from Brittany..... TP......
.

Masy alain 15/01/2019 21:13

Merci gilou et helene de nous faire partager votre voyage et vos experiences.nous decouvrons le monde au travers dd votrd regard. Bises a tous les deux et prenez soin de vous

Franchet 15/01/2019 20:55

Super les amis,on voyage grace a vous! Bisous bretons