Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Korblog, le blog de Kornog

Korblog, le blog de Kornog

Après un an de navigation et deux mois de confinement, ce blog est au repos...

Vraies et fausses joies à Antigua

Vraies et fausses joies à Antigua

Salut les yachtmen ! Après avoir visité l’île de Montserrat et son volcan menaçant, on a mis le cap sur Saint-Kitts-et-Nevis, deux îles un peu plus au nord, qui se touchent presque. On a fait escale à Saint-Kitts, de son vrai nom Saint Christophe, où on a visité une ancienne forteresse du XVIIIe, plutôt bien conservée, construite par les Britanniques pour se protéger des Français.

 

En 1782, 8000 soldats français on attaqué la Brimstone Hill Fortress.

En 1782, 8000 soldats français on attaqué la Brimstone Hill Fortress.

Ah que ça fait du bien de retrouver le plancher des vaches au milieu de toute cette mer !

Ah que ça fait du bien de retrouver le plancher des vaches au milieu de toute cette mer !

Plutôt british le centre ville de Saint Kitts, isn't it ?

Plutôt british le centre ville de Saint Kitts, isn't it ?

Vraies et fausses joies à Antigua

Après la visite de Saint-Kitts, il nous a fallu 16 heures de navigation au près serré pour rejoindre Antigua, la Mecque antillaise des navigateurs. Saint-Kitts et Antigua ont un point commun : elles accueillent d’énormes bateaux de croisière bondés de touristes, qui débarquent dans un quartier artificiel et sécurisé, aménagé sur le port, avec des magasins de souvenirs, bijouteries, cafés, salles de jeu, etc. où ils passent la journée, avant de remonter dans leur ville flottante. La vraie ville n’est que quelques dizaines de mètres plus loin, mais la plupart ne s’y aventurent pas.

 

Le débarcadère à St. John's, avec de belles bijouteries qui plairaient à ma maman.

Le débarcadère à St. John's, avec de belles bijouteries qui plairaient à ma maman.

A quelques centaines de mètres, le marché aux poissons à l'ambiance très différente.

A quelques centaines de mètres, le marché aux poissons à l'ambiance très différente.

La palme du plus gros bateau revient à Antigua, où nous avons vu un paquebot de plus de dix étages, avec une nacelle au bout d’un bras articulé pour que les croisiéristes puissent avoir une vue aérienne sur les îles qu’ils visitent. Partout où nous nous sommes promenés dans Saint John’s, la capitale d’Antigua, cet énorme navire était visible car il était plus haut que la plupart des immeubles !

C’était la première fois que Gilles et moi on voyait un paquebot de croisière aussi imposant.

C’était la première fois que Gilles et moi on voyait un paquebot de croisière aussi imposant.

Où qu’on soit en ville, on voit l’énorme ferry avec son bras articulé et sa nacelle.

Où qu’on soit en ville, on voit l’énorme ferry avec son bras articulé et sa nacelle.

Antigua c’est aussi le rendez-vous des beaux voiliers et des yachts de luxe. Dans la baie d’English Harbour, où fut construit le chantier naval Nelson en 1747, nous avons pu admirer non seulement quelques vestiges de la puissance navale de la Couronne britannique, mais aussi quelques spécimens de voiliers trois fois plus longs que Kornog, et encore mieux astiqués, ce qui n’est pas peu dire.

Bien rangés par taille ces voiliers mesurent entre 35 et 50 mètres de long.

Bien rangés par taille ces voiliers mesurent entre 35 et 50 mètres de long.

Enfin, Antigua est célèbre pour ses plages de sable blanc, ses eaux turquoises et ses  barrières de corail à portée de palmes, où l’on voit nager les tortues, les raies et quantité de poissons multicolores. Bref, c’est une sorte de petit paradis sur mer, où il fait sans doute bon vivre, à condition d’avoir un compte en banque bien approvisionné.

Si vous regardez bien, vous voyez une tortue venue respirer à quelques mètres du bateau
Si vous regardez bien, vous voyez une tortue venue respirer à quelques mètres du bateau

Si vous regardez bien, vous voyez une tortue venue respirer à quelques mètres du bateau

Après avoir navigué sur les traces de Nelson et nagé avec les tortues, on s’est offert une place dans le port de Jolly Harbour (pas d’annexe à gonfler) avec de l’électricité, des douches avec eau chaude et, luxe suprême, une connexion wifi gratuite qui fonctionnait dans le bateau. En six mois de vadrouille, ce n’était que la deuxième fois qu’on avait Internet "à la maison". On était super contents, on allait pouvoir envoyer plein de messages à nos copains et à notre famille sans être obligés de consommer une boisson dans un bar..

Avis aux amateurs, l’imposant casino de Jolly Harbour est à vendre.

Avis aux amateurs, l’imposant casino de Jolly Harbour est à vendre.

Mais notre joie a été de courte durée. Dès le lendemain de notre amarrage, juste après le départ de nos amis Hugues et Laurence, le serveur informatique de la marina est "tombé". Plus d’Internet, ni sur le bateau, ni ailleurs. Alors on a repris nos cliques et nos claques et on a mis le cap sur Barbuda, la petite sœur d’Antigua.

(Pour info, le monsieur sur la photo tout en haut, c'est Vere Cornwall Bird Sr., le père de la nation. Il a été notamment le premier Premier ministre d'Antigua lorsque l'île est devenue indépendante en 1981).

 

Mmm les bon pesticides pour supprimer les moustiques.

Mmm les bon pesticides pour supprimer les moustiques.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dominique Leboucq 13/03/2019 19:40

Barbuda... Mauvais souvenir... J'ai bien cru que j'allais y rester !!!
pour le reste, c'est vraiment des îles enchanteresses ! Profitez bien...