Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Korblog, le blog de Kornog

Korblog, le blog de Kornog

Après un an de navigation et deux mois de confinement, ce blog est au repos...

Home, sweet home... (1)

Home, sweet home... (1)

Bonjour à tous ! J'espère que vous avez passé un bon week-end, confinés dans vos demeures respectives et inspirantes. J'ai déjà reçu plusieurs textes et je suis certaine que je vais en recevoir d'autres. Alors c'est parti ! Suivez le guide, je vous emmène découvrir les premières habitations des Korblogeurs.

" Ma maison est un nid. Mes voisins, des oiseaux.
Tourterelles, mésanges et moineaux me gratifient de leurs chicanes de ménage tandis que merles et rossignols rivalisent de vocalises. 
Lorsqu’au diapason des nuages et du soleil ils n’orchestrent plus le silence, le bruissement des feuillages ou la caresse de la pluie prennent la relève. Et quand tout est calme, la nuit, on entend au loin respirer la mer.
A l’intérieur de ma maison, on est autant dehors que dedans ; lorsque l’on cuisine, c’est avec parcimonie : le graillon ferait offense aux effluves de glycine, de jasmin et d’oranger. 
Dans ma maison, on ne fait guère le ménage — inutile d’importuner les araignées ! Cela n’exclut pas d’avoir de la visite : le matin, un chat roux qu’annonce le tintement d’une clochette à son cou ; à midi, un gros bourdon butineur bruyant et compulsif ; à la tombée du jour, un couple de chauve-souris "corona-free" et adepte de "break-danse". 
Le reste du temps, abeilles et papillons me tiennent benoîtement compagnie.
Dans ma maison, s’entretenir avec les arbres suffit. Un gros yucca, des palmiers velus, un néflier convalescent et un platane têtard tiennent colloque alentour.
Confiné ici, quelle chance ! 
Le centre ville a disparu. Place aux insectes affairés à la floraison et aux chamailleries dans les frondaisons. 
Personne ne viendra, mais tout le monde est présent."
Henri, dans sa maison à Hendaye.
Dans le jardin de la maison d'Henri.

Dans le jardin de la maison d'Henri.

"C'est la maison de mes parents, qu'ils ont rénovée pour leur retraite, juste à côté de leur ferme.

Elle se situe au coeur du village où nous avons vécu, mes soeurs, mon frère et nos parents adorés.

La façade donne sur la rue mais de l'autre côté, il y avait un jardin merveilleux, qui donnait accès au marais dans la vallée de la Sensée : comme un havre de paix. Nous aimions nous y retrouver et fêter Noël, Pâques... à chaque fois qu'il était possible.
La pièce maîtresse était la cuisine, qui nous donnait l'impression d'être en pleine campagne, dans un autre monde. Cette pièce était très chaleureuse et sentait bon les gâteaux que maman nous concoctait. Et la campagne alentour était une découverte permanente, que nous explorions à pied, en vélo... on allait même très loin avec insouciance."
Isabelle, dans son appartement à Lille.
La maison des parents d'Isabelle.

La maison des parents d'Isabelle.

« Voilà l’endroit où je passe le plus clair de mon temps, depuis le début du confinement : ma CUISINE ……. qui me sert de QG pour le télétravail, ce matin pour notre RDV "le samedi, j’écris", et surtout je découvre depuis quelques jours la réelle fonction de mes casseroles, mes poêles, plats à tarte,... J’ai même fait ma curieuse en ouvrant un énorme tiroir où sont stockés louches, écrase pomme de terre, couteaux à huître, fouets, tire-bouchons, et tout un tas d’ustensiles que je vais essayer d’utiliser.

Et oui, la cuisine n’a jamais été mon domaine de prédilection. Ce sont surtout les cuisiniers des restaurants, où j’allais trois à quatre fois par semaine et les traiteurs chez qui je choisissais quelques plats préparés, prêts à être emportés, qui me connaissaient bien. Et oui, depuis la disparition de mon compagnon, il y a maintenant trois ans et quatre mois, c’était lui le cuistot et la cuisine était son territoire.

Alors, lorsque l’heure du confinement a sonné, ma première réaction a été : je vais mourir de faim ! Mais comment vais-je faire ? Mon ventre avait tout d’un coup pris une importance capitale !

Rassurez-vous depuis quelques semaines, j’ai ouvert les livres de cuisine de Bruno, regardé sur Marmiton et autres sites gratuits de recettes faciles, et petit à petit je me suis surprise à réaliser des plats, pas si mauvais que çà, je dirais même goûteux (et ben ouais !!!). En avant-première, je vous livre même ma première tarte aux pommes !

La première tarte aux pommes de Delphine.

La première tarte aux pommes de Delphine.

Rien n’est jamais perdu tout compte fait. Le grand univers m’a forcée à développer de nouvelles compétences et je me dis que le chemin n’est pas fini. En effet, la pratique du télétravail me fait penser que je peux organiser mon emploi du temps différemment aujourd’hui et pourquoi pas reprendre des activités que j’avais laissées en suspend quelques années plus tôt.

Cette période de confinement me fait penser à une citation de Robert Sabatier, « Fréquenter l’univers des possibles donne le sentiment de la liberté ».

Allez encore une autre citation pour finir : "l’Univers est rempli de magie et il attend patiemment que notre intelligence s’affine", Eden Phillpotts (écrivain britannique né en 1862 au Rājasthān, et mort en 1960, également poète, dramaturge et auteur de nombreux romans policiers et textes de science-fiction) ».  Delphine, dans sa maison à Marquette-lez-Lille.

La cuisine, nouvelle source d'inspiration pour Delphine.

La cuisine, nouvelle source d'inspiration pour Delphine.

Je vous laisse méditer les citations de Delphine et saliver devant sa première tarte aux pommes (il n'y a pas d'âge pour commencer).

A demain pour la suite des visites de vos maisons, réelles ou imaginaires. Si vous décidez de vous lancer dans la confection d'oeufs de Pâques, vous trouverez ci-dessous la recette de la colle maison de Véronique. Moi j'ai déjà commencé...

Bonne journée à tous !

Cela faisait longtemps que je n'avais pas gobé un oeuf !

Cela faisait longtemps que je n'avais pas gobé un oeuf !

RECETTE DE LA COLLE MAISON
20gr de farine
20cl d'eau
2 cuil 1/2 de vinaigre

Mélanger la farine et l'eau pour obtenir une pâte homogène et sans grumeaux.

Faire cuire  à feu doux dans une casserole en remuant avec une cuillère en bois jusqu'aux premiers bouillons.
Retirer du feu et ajouter le vinaigre.
Laisser refroidir et voilà c'est prêt.
(cette colle ne se conserve pas très longtemps,quelques semaines seulement dans un bocal.)

 
 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article