Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Korblog, le blog de Kornog

Korblog, le blog de Kornog

Après un an de navigation et deux mois de confinement, ce blog est au repos...

J-1, Lambersart ou Guilvinec ?

J-1, Lambersart ou Guilvinec ?J-1, Lambersart ou Guilvinec ?

Bonjour à tous ! Aujourd'hui, veille de déconfinement, on va faire un dernier tour à pied dans deux endroits que je connais bien : Lambersart et le Guilvinec.

Mais d'abord on écoute une très belle chanson, que nous propose Clara :

" Depuis que j'habite Lugy, je passe beaucoup de temps les fesses dans ma voiture, car il y a peu d'alternatives comme moyen de transport. J'ai la chance d'avoir une voiture très moderne, équipée d'un lecteur CD. Alors quand j'ai déménagé, j'ai profité de ce que ma mère était à des milliers de milles pour lui piquer quelques CD. De la merveilleuse chanteuse dont je veux parler, je ne connaissais que les titres les plus connus, qui font partie de cette "culture populaire" qu'on dénigre facilement. Mais ils sont entraînants, on les chante volontiers à tue-tête alors j'ai pris ce double album best-of à la pochette dorée. Je l'ai écouté en entier, et quand un CD arrive à la fin, après quelques secondes de pause, il reprend au début. C'est normalement le moment où j'appuie sur "eject" pour changer de disque. Mais là je ne l'ai pas fait, je l'ai réécouté, et encore une fois et encore une autre, en boucle tous les jours en allant et en revenant du travail.

Il y a peu de temps, quand ma mère est venue me rendre visite et a vu tous ses CD dans ma voiture, elle a dit quelque chose du genre : "eh mais dis-donc !" et elle en a récupéré quelques-uns, dont, à mon grand désespoir, celui qui nous intéresse aujourd'hui (je t'en veux pas maman, je suis contente que tu en profites aussi). Je me suis rabattue sur Balavoine ou Bowie, mais hier devinez quoi : une de mes amies qui partage - grâce à plusieurs trajets dans ma voiture - mon amour pour la diva du disco, m'a envoyé un CD gravé de toutes mes chansons préférées. Dommage que je ne prenne quasiment plus la voiture...
 
Voici l'une de mes chansons préférées interprétée par Dalida, dans laquelle elle fut l'une des premières artistes populaires à parler d'homosexualité en France. Version live bien sûr, pour profiter de tout le drama du jeu de scène. Question drama, Dalida est bien placée vu son destin tragique, mais je vous laisse vous renseigner là dessus si ça vous intéresse."
Clara, à Lugy dans le Pas-de-Calais.
 
 

Maintenant, comme promis, un petit tour dans les rues de Lambersart. C'est Béatrice qui nous propose cette balade. Béatrice vit dans le même quartier que moi : les rues que vous allez découvrir sont celles où je vais bientôt rentrer.

Voici ce que nous dit Béatrice :

" Lambersartoise et adepte du running, j’emprunte régulièrement les berges de la Deûle, la Citadelle et les allées du Bois de Boulogne. Depuis le 17 mars les accès nous sont interdits alors je vous emmène entre Le Colisée, le champs de courses, l’avenue de l’Hippodrome et l’avenue du Bois pour une découverte architecturale.
Un circuit que j’emprunte actuellement et qui n’a rien à voir avec mon parcours habituel !

L'avenue Pasteur.

 

 

 

 

 

 

 

Et l'avenue du Bois.

 

Les parcs et jardins du Colysée, fermés au public.

 

Et le Colisée : très beau lieu qui regroupe salles d’expositions et jardins contemporains.

 

L'école d'aviron et les bords de la Deûle.
L'école d'aviron et les bords de la Deûle.

L'école d'aviron et les bords de la Deûle.

La balade de l’Hippodrome : axe central où l’on découvre les grandes villas imposantes dans le style art déco et art nouveau.

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 
Sans oublier nos tables gastronomiques.
La Laiterie :
 

Le Quai - Christophe Scherpereel,

L’Empreinte.
 

Voilà il est temps de rentrer et j’espère que vous aurez apprécié cette balade !"

Béatrice, à Lambersart.

Merci Béatrice. Pour ceux qui ne connaissent pas le quartier, cette photo du club d'aviron est prise juste en bas de chez moi (Hélène).

 

Mais pour l'instant je suis encore au Guilvinec. Il y a quelques semaines je vous ai emmenés dans la lande. Aujourd'hui, on va visiter la ville. Peut-être que ça vous donnera envie de venir, quand vous pourrez parcourir plus de 100 km. En sortant de la maison, cette fois-ci on tourne à gauche et bien sûr, on voit la mer...

 

A quelques dizaines de mètres de la maison, on "tombe" sur l'ancienne cale qui servait à la mise à l'eau du canot de sauvetage. Aujourd'hui elle sert plutôt aux baigneurs pour aller plonger dans l'océan.

 

 

 

 

 

Juste après la cale, il y a une petite plage qui mène au "centre ville" du Guilvinec.

Bien sûr on peut aussi longer la plage en marchant sur le trottoir.

 

 

La principale attraction, c'est le port de pêche avec les bateaux multicolores.

 

L'immatriculation "GV" ci-dessus, signifie Guilvinec.

 

 

 

 

Au bout du port de pêche, il y a le port de plaisance, avec le petit bateau de pêche de Gilles. Pour l'instant Kornog et au sec à Loctudy. Mais il viendra bientôt s'amarrer ici.

 

Je ne peux pas vous faire visiter la criée et la terrasse panoramique de laquelle ont peut observer les bateaux, qui rentrent en fin d'après-midi pour décharger les langoustines, car l'accès est interdit pendant le confinement. Mais j'ai la preuve qu'il y a des langoustines qui sont passées par là.

 

En dehors du port, la ville est plutôt calme. Surtout en ce moment.

Voici la rue principale, la rue de la Marine... à un bout.

... à l'autre bout :

 

Une rue perpendiculaire mène à l'église. Au premier plan, avec sa façade orange, la boutique de la marchande de crêpes à emporter. Le Capitaine est un très bon client.

 

L'église vue de l'autre côté. Normalement il y a un marché sur cette place une fois par semaine.

 

Cette grande maison rose, c'était l'abri du marin. Au XXe siècle, il y en avait dans la plupart des ports bretons. Le premier a été construit au Guilvinec en 1900. C'étaient des foyers où les marins pouvaient loger et s'instruire, dans de bonnes conditions, pendant leurs escales. L'objectif était de leur offrir une alternative aux tavernes, où ils n'avaient rien d'autre à faire que boire. Tous les abris du marin étaient peints en rose. Aujourd'hui cette maison abrite la bibliothèque.

 

 

 

Comme à Cannes, il y a de nombreux palmiers dans les jardins. La coutume voulait que les marins (avant le percement du canal de Panama), passent par le dangereux Cap Horn, tout au sud du Chili, pour naviguer jusqu'aux Antilles. À leur retour ils rapportaient des plantes exotiques. Quand un marin avait passé le Cap Horn, il pouvait planter un palmier dans son jardin. On reconnaît ainsi les maison des anciens cap-horniens.

A vrai dire j'ai lu aussi qu'on plantait parfois un palmier à la naissance d'un fils.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Certains ont choisi des arbres plus originaux

 

La visite ne serait pas complète sans quelques décorations typiques.

Une plaque de numéro de maison

 

 

 

Vous remarquerez le casier à crevettes au fond, sur la table.

 

 

 

Et cette Bigoudène, qui apparaît sur tous les murs à l'abandon.

 

Bien sûr, avant de quitter la ville, il faut que je vous présente les "demoiselles du Guilvinec". C'est comme cela qu'on appelle les langoustines. Le Guilvinec est le 3e port de France, toutes pêches confondues, et le premier port français pour la pêche artisanale (côtière et petite pêche). C'est surtout la capitale de la langoustine.

 

J'espère que ça vous aura donné envie de venir ? À moins que ça ne vous ait donné envie de manger des langoustines ?

Demain, avant de sortir, n'oubliez pas de regarder Korblog, vous y rencontrerez des tas de gens sympas et drôles. Et continuez à m'envoyer vos textes et photos sur he.criture@gmail.com

Bon dimanche ! Ici le marché rouvre ce matin, on va aller y faire un tour.

J-1, Lambersart ou Guilvinec ?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article